Cusco et la vallée sacrée

Cusco, « nombril du monde »

Carrefour des chemins incas s’étendant dans tout l’empire, Cusco, capitale inca, est aujourd’hui un lieu touristique par excellence. Ici, on ne nous appelle plus « Gringo » mais « Amigo ». Après avoir trouvé refuge dans notre petit hôtel bien sympathique, nous flânons dans les rues du centre historique, les alentours et les miradors. Nous visitons les couvents, les églises et la cathédrale qui ont été construits dès l’arrivée des espagnols sur les principaux temples et bâtiments incas (dont on peut encore voir les fondations qui résistent aux séismes).

La Compañia de Cusco qui rivalise avec la cathédrale
La Compañia de Cusco qui rivalise avec la cathédrale

Les églises sont très ressemblantes à celles d’Espagne (normal en même temps). Elles sont de style baroque et les autels sont chargés d’or. Les statues sont réalistes et sanguinolentes. Cependant, il y a quelques particularités andines comme l’omniprésence de miroirs (reflets de l’âme, alors qu’ils sont signe de vanité en Europe). On note aussi la présence de nombreux tableaux décorés d’or de l’école de Cusco qui expliquent la religion aux habitants nouvellement conquis. Les archanges sont en armure de conquistadors et Jésus mange du cochon d’inde pour son dernier repas dans la Cène.

Plaza de Armas de Cusco
Plaza de Armas de Cusco

La cathédrale est vraiment splendide et on peut y observer la Croix de la Conquête, la première croix apportée d’Espagne par Pizzaro lui-même et présentée à Atahualpa. Cette croix est le symbole de l’entrée du christianisme en Amérique du Sud.

Dans les rues de Cusco, on peut voir beaucoup de drapeaux aux couleurs de l’arc-en-ciel. Il ne s’agit pas de la gaypride mais du drapeau inca.

Nous avons aussi visité le musée du Machu Picchu à Cusco. C’est une très bonne entrée en matière avant d’aller voir le site.

La vallée sacrée des incas

Comment faire pour visiter la vallée sacrée par ses propres moyens ? C’est la question que nous nous sommes posés pendant quelques jours. Certains sites sont accessibles à pied depuis Cusco, d’autres sont à une ou deux heures de bus. Il y a bien la solution du vélo, mais on avoue qu’on a préféré la facilité du transport motorisé.

Il est possible de faire les visites ainsi :

Partie 1 : Pisac – Tambomachay – Pucapucara – Q’enqo – Sacsayhuaman (les deux derniers sites étant accessibles à pied depuis Cusco)

Partie 2 : Moray – Las Salineras de Maras – Chinchero

Partie 3 : Andahuaylillas – Tipon (à faire sur la route en vélo, en partant de Cusco vers l’altiplano)

Pour info, chacune de ces parties est faisable en un jour en étant matinal. Il est judicieux d’acheter le boleto turistico (130soles).

Partie 1 : Pisac – Tambomachay – Pucapucara – Q’enqo – Sacsayhuaman

Nous décidons de rejoindre les sites de Sacsayhuaman et Q’enqo à pied depuis Cusco.

Sacsayhuaman est une forteresse inca qui domine Cusco. Ses murs sont composés d’impressionnants blocs de pierre. A noter que la particularité des constructions incas sont ses pierres aux formes irrégulières parfaitement assemblées les unes aux autres sans mortier. A Cusco, on trouve une de ses pierres avec 12 angles et au Machu Picchu, il y en a même une avec 32 angles (28 de plus que nos briques).

Forteresse inca
Forteresse inca de Sacsayhuaman
SONY DSC
Sacsayhuaman : Murs typiques de l’architecture inca : gros blocs de pierre irréguliers mais parfaitement assemblés entre eux

Q’enqo est un sanctuaire dédié au Dieu Puma (Dieu de la Guerre), il se compose d’un labyrinthe aménagé dans la pierre où se déroulait des sacrifices d’animaux.

Nous avons pris un bus pour rejoindre Pisac. Pisac est un grand site où l’on peut voir des demeures, des temples et bien sûr des terrasses.

Terrasses de Pisac
Terrasses de Pisac
Ruines de Pisac
Ruines de Pisac
SONY DSC
Tambomachay : le bain de l’inca où venait s’accomplir des rituels.

Conseils pratiques :

PISAC (minimum 2h de visite) : Prendre un bus de Cusco jusque Pisac (3 soles). Il vous dépose en ville près d’un pont où attendent de nombreux taxis. Si vous avez le temps, il est possible de se rendre sur le site à pied (7,5km de montée), mais si vous avez prévu d’autres visites dans la journée, il vaut mieux prendre un taxi (ce qu’on a fait). Le taxi coûte 50 soles pour l’aller-retour et le chauffeur vous attend deux heures le temps de la visite du site. Nous n’avons payé que 25 soles car nous avons partagé le taxi avec un autre couple.

TAMBOMACHAY (10 min de visite) – PUCAPUCARA (10 min de visite) : Depuis Pisac, prendre n’importe quel bus/colectivo qui va vers Cusco (3/4 soles) et lui demander de vous arrêter à Tambomachay. Le reste de la journée est une belle balade en descente de site en site jusque Cusco en terminant par le chemin inca qui mène à la Plaza des armas.

Q’ENQO (15 min de visite) – SACSAYHUAMAN (1h30 de visite) : Sur le chemin en revenant de Pisac ou bien directement accessibles à pied depuis Cusco.

Partie 2 : Moray – Las Salineras de Maras – Chinchero

Nous rejoignons Moray en bus puis taxi. La suite de la visite se fera à pied par un petit sentier jusqu’aux salineras. Nous passerons l’après-midi avec un charmant couple québécois. Qu’est-ce que c’est agréable de réentendre cet accent 🙂 .

Compagnons québécois rencontrés en chemin
Compagnons québécois rencontrés en chemin
SONY DSC
Moray : Terrasses en anneaux concentriques ayant servi de centres de recherches agronomiques : chaque terrasse représentant un microclimat bien défini.
SONY DSC
Las Salineras : 4000 bassins alimentés par une petite rivière salée. Hommes et femmes y travaillent encore armés de pioches pour casser le sel.
Eglise de Chinchero
Eglise de Chinchero richement peinte.
SONY DSC
Chinchero : visite des terrasses. Y étant allés un dimanche, nous avons pu profiter du marché coloré et peaufiner nos talents de négociateurs pour quelques achats.

Conseils pratiques :

MORAY (30 min de visite) : Prendre un bus de Cusco vers Urubamba (4 soles) et demander lui de vous arrêter à l’embranchement de Maras. Là, prendre un des nombreux taxis qui attend et lui demander de vous amener jusque Moray (15 soles).

LAS SALINERAS (1h de visite) : Depuis Moray rejoindre à pied le village de Maras (1h). Très jolie balade à travers champs. De Maras, continuer à pied jusqu’aux salinas (balade de 30min sur un chemin facile à suivre). Entrée à Las Salineras (10 soles) non inclue dans le boleto turistico.

CHINCHERO (30 min de visite) : traverser toutes les salineras pour rejoindre la route Ollantaytambo-Urubamba. Prendre un des très nombreux colectivos pour Urubamba (1 sol) et faites-vous déposer au terminal de bus pour Cusco. Prendre un bus pour Cusco (qui passe par Chinchero et pas par Pisac !).

Pour rejoindre Cusco, prendre un bus ou un colectivo (3/4 soles).

Hôtel de Cusco

A Cusco, nous avons séjourné dans l’hôtel La Estrellita. Le confort est basique mais très propre. L’accueil est chaleureux et le petit plus n’est pas la cuisine, mais le petit déjeuner du matin. C’est un repère de voyageurs en tout genre : backpackers, cyclo, moto.

Nous nous y sentons vraiment bien et y croisons pas mal d’autres voyageurs. Un matin, nous serons même 6 bretons sur 7 personnes présentes ! Nous rencontrons Léo qui remonte à vélo depuis Santiago du Chili, ainsi que Louise et Baptiste qui font route depuis Lima vers Ushuaïa. Et bien sûr, nous rencontrons Amanda et Antonio (cela fait la 5ème fois depuis l’Equateur).

Mais fini le confort de Cusco, il nous faut reprendre la route de l’Altiplano vers la Bolivie.

Soirée crêpes en compagnie de Louise, Baptiste et Léo
Soirée crêpes en compagnie de Louise, Baptiste et Léo
Photo souvenir avec Amanda et Antonio à notre départ de Cusco. Rendez-vous donné en Patagonie !
Photo souvenir avec Amanda et Antonio à notre départ de Cusco. Rendez-vous donné en Patagonie !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *